Les poètes  oubliés

Marie Olympe de Gouges

par Luce Van Torre, Auteure,
éditrice aux éditions « Les Autanes »

Tarif du cours (5 séances de 2h) : 51 € (forfait)

Dans l’histoire littéraire, un grand nombre de femmes de lettres romancières, journalistes ou poètes - féministes ou non - ont été écartées de notre mémoire. De retrouver leurs traces est déjà une petite victoire sur l’oubli et un grand bonheur de rencontrer et de se rapprocher de ces femmes – parmi tant d’autres : Olympe de Gouges, Louise-Victorine Ackermann ; des premières féministes : Héra Mirtel, Nelly Roussel, Maria Vérone ; Anna Akhmatova, poétesse russe. S’interroger sur leur cheminement littéraire et porter le regard sur leur démarche volontaire, leur engagement lourd de risques et de violences, nous amène à comprendre combien l’écriture pouvait - et peut toujours - être une arme de libération et de refus de toute forme de terreur.

Mercredi de 16h30 à 18h30 : 05/03/2025 – 12/03 – 19/03 – 26/03 – 02/04

 

Salon de musique

salon de musique
(image: © Croquant / Wikimedia Commons)

par Robert Doldourian, musicien (chef de choeur)

Tarif du salon: 9 séances de 2h30: 126€ (forfait)

Un peu de savoir, beaucoup de saveur

Au cours de 9 auditons musicales commentées, grâce à un minimum d'approches musicologiques qui ne nécessitent aucune connaissance musicale particulière, nous apprendrons à écouter la musique plutôt que simplement l'entendre. Chaque audition entraînera l'oreille à un aspect particulier de la musique, éveillera notre attention, permettra des comparaisons fructueuses. La qualité du matériel audio utilisé agrémente l’exercice. L’audition, partagée avec d’autres, comme dans un Salon de Musique, participe au plaisir de l’écoute. Cette année nous partirons à la découverte de musique d'Espagne (de Moralles à De Falla) et d'Angleterre (de Holborne et Purcelle à B.Britten).

Lundi de 9h30 à 12h les 16/09/2024 – 14/10 – 18/11 – 16/12 – 13/01 – 24/02 – 17/03 – 28/04 – 19/05/2025

 

Du jeu de l'écriture à l'écriture du je: aspects et enjeux de l'écriture autobiographique 

jeu miroir

par Jacques Bretaudeau, professeur certifié de lettres modernes

Tarif du cours (8 séances de 1h30) : 70 € (forfait)

Très souvent associée à l'aventure vers un ailleurs, au portrait en action de personnages inventés, la littérature a également permis à nombre d'auteurs et d'écrivaines de se représenter, de faire le récit de leur propre existence et d'exposer ainsi leur propre histoire... Quelles sont les motivations et les spécificités de cette écriture de soi ?

Lundi 17h à 18h30 les 30/09/2024 - 14/10 - 04/11 - 18/11 - 02/12 - 16/12 - 06/01 - 20/01/2025

   Histoire de la philosophie antique

philosophie antique
(Image par Clker-Free-Vector-Images de Pixabay)

Par Anne-Marie Chazal, professeur de lettres classiques

Tarif du cours (5 séances de 1h30) : 44 € (forfait)

Cours d'initiation à l'histoire et à la pratique de la philosophie antique de ses origines connues aux temps modernes ou "La philosophie comme manière de vivre" (Pierre HADOT).

Au programme :
- Définition de la philosophie antique : les écoles philosophiques 
- Les philosophes de la nature et la philosophie "pré-socratique"  
- Socrate, Platon et Aristote  
- L'épicurisme  
- Le stoïcisme

Lundi de 17h à 18h30 les 25/11 - 09/12 - 13/01 - 27/01 - 24/02

Pour chaque niveau, la fréquence des cours est hebdomadaire

Ateliers d'ANGLAISatelier d'anglais(Image Libellule789 - Pixabay)
par Christine Bonnefont  professeur d’anglais.

 

Tarif du cours (22 séances de 1h15) : 203 €

Méthode progressive pour acquérir les bases grammaticales et lexicales de la langue anglaise. Pratique des quatre compétences : compréhension orale, compréhension écrite, expression orale et expression écrite.

Le manuel NEW HEADWAY ELEMENTARY est l’ouvrage pédagogique utilisé avec tous les niveaux. (Les manuels pédagogiques sont à la charge de l’adhérent.)

Anglais 1 – Débutant : jeudi de 13h30 à 14h45 du 10/10/24 au 15/05/25
Anglais 2 – Intermédiaire : jeudi de 10h15 à 11h30 du 10/10/24 au 15/05/25
Anglais 3 – Avancé : jeudi de 9h à 10h15 du 10/10/24 au 15/05/25   

ANGLAIS CONVERSATIONBIGBEN(Image Pixabay)
par Christophe Galleron, professeur d’anglais

 

Tarif du cours (18 séances de 1h30) : 203 €

Comprendre et exprimer votre point de vue sur divers sujets proposés. Rafraîchir et/ou approfondir vos connaissances de la langue anglaise sur des thèmes d’actualité, culturels, historiques, sociaux…

Deux horaires au choix :
Le mardi de 9h à 10h30 ou de 10h30 à 12h du 01/10/24 au 11/03/25

 

L’ANGLAIS POUR VOTRE VOYAGE EN PAYS ANGLOPHONE

english-2724442_640.jpg
(Image par Biljana Jovanovic - Pixabay)
par Christophe Galleron, professeur d'anglais

Si vous projetez votre prochain voyage dans un pays anglophone, ce cours est pour vous !
Le cours est basé sur des situations typiques inhérentes aux voyages. De l'enregistrement à l'aéroport au plaisir de faire de nouvelles connaissances, en passant par diverses démarches, vous voyagerez sereinement dans plus de 75 pays où l’anglais est la langue officielle.

 

Module 1

Tarif d’un module (8 séances de 1h30) : 91 €

Objectif du cours : communiquer pendant les vols aériens, réserver un hébergement et un transport, vous orienter dans la ville, gérer votre arrivée à l’hôtel, commander votre repas dans les restaurants, expliquer un problème de santé, mais aussi faire des rencontres et échanger en anglais.

Programme : 1. Making friends (se faire des amis) 2. At the hotel (à l’hôtel) 3. At the airport (à l’aéroport) 4. At the restaurant (au restaurant) 5. At the museum (au musée) 6. Camping – Hiking (camping - randonnée) 7. Downtown (en ville, faire les magasins-prendre un taxi) 8. Emergency department (les urgences).

Le mardi de 13h à 14h30 du 01/10/2024 au 03/12/2024

Module 2

Tarif d’un module (8 séances de 1h30) : 91 €

Objectif du cours : communiquer à l’office du tourisme, demander son chemin, s’orienter dans la ville, louer une voiture, commander des boissons dans un pub, échanger sur des pistes de ski, à la plage, dans un spa ou lors d’une croisière.

Programme : 9. At The Tourist Office (à l’Office de tourisme) 10. Directions (les directions, les transports publics) 11. At The Pub (au pub) 12. On A Cruise (en croisière) 13. Winter Sports (les sports d’hiver) 14. Spa Treatment (la thalassothérapie) 15. At The Beach (à la plage) 16. Renting A Car (louer une voiture).

Le mardi de 13h à 14h30 du 07/01/2025 au 11/03/2025

Les cours suivants sont assurés par Julien Legrand, professeur certifié d'informatique et gestion, titulaire E.N., enseignant à l'Université Aix-Marseille.
Ces cours sont limités à 10 participants.

Des ordinateurs sont à la disposition des étudiants, mais il est possible d'apporter son ordinateur personnel. 

 

INFORMATIQUE ET INTERNET INITIATION 

Tarif du cours (10 séances de 1h30) : 182 €

Utilisateur autodidacte ou débutant, ce cours permet d’appréhender l'ordinateur et ses fonctionnalités par la pratique : ordinateur, Windows, Internet, tout y sera abordé.

Mardi de 14h à 15h30 (dates communiquées le 09 septembre).

 

INFORMATIQUE PERFECTIONNEMENT sur WINDOWS

Tarif du cours (6 séances de 1h30) : 110 €

Utilisateur autodidacte ou souhaitant une remise à niveau, nous reverrons les bases et apprendrons à utiliser de façon efficace l'ordinateur sous Windows.

Mardi de 14h à 15h30 (dates communiquées le 09 septembre).

 

MONTAGE PHOTO

Tarif du cours (6 séances de 2h) : 149 €

A l’aide de « Photofiltre » nous apprendrons à réaliser des montages surprenants pour que vous puissiez exprimer toute votre créativité dans la création de tableaux, cartes de vœux, cartes postales, faire-part, ... Libéré.e des contraintes techniques, vous n'aurez plus de limites !

Mardi de 15h30 à 17h30 (dates communiquées le 09 septembre).

 

 

TRAITEMENT DE TEXTE

Tarif du cours (6 séances de 1h30) : 110 €

Maîtriser le clavier, saisir du texte, le mettre en forme pour rédiger un courrier, un menu, une newsletter ou tout autre document, dans un cadre personnel, professionnel ou associatif. Dans ce cours, nous apprendrons à présenter de façon très propre un document à imprimer ou publier au format PDF. L'installation des outils (Microsoft Word, OpenOffice Writer, LibreOffice Writer) sera évoquée mais non réalisée durant le cours.

Prérequis : maîtriser à minima Windows

Mardi de 15h30 à 17h (dates communiquées le 09 septembre).

 

Espagnol

espagne bis
(Image par jairojehuel - Pixabay)
par Mélanie Panaye, professeur d’espagnol

 
Tarif du cours de 22 séances d'1h15: 203€

Voyageuse passionnée par l’Amérique latine et professeur de salsa, votre enseignante vous propose chaque semaine un petit voyage dans le monde hispanophone avec des cours sur 3 niveaux à visée pratique. 

Espagnol 1 – Débutant : jeudi de 9h30 à 10h45 du 03/10/24 au 24/04/25
Espagnol 2 – Intermédiaire : mardi de 17h30 à 18h45 du 01/10/24 au 22/04/25
Espagnol 3 – Avancé : jeudi de 11h à 12h15 du 03/10/24 au 24/04/25
 

ESPAGNOL POUR LE VOYAGE

cervantes-3458816_640.jpg
(image ddzphoto - pixabay)
par Mélanie Panaye, professeur d’espagnol


Tarif du cours (10 séances de 1h15) : 94 €

Profitez d’un module spécial voyage pour avoir les bases et se débrouiller dans différentes situations pratiques : à l'aéroport, à la banque, à l'hôtel, au restaurant, dans les transports, etc. …

Le jeudi de 12h30 à 13h45 du 03/10/24 au 19/12/24

Le panneau était pourtant clair. Un panneau danger comme ceux que l'on peut voir au bord des routes pour prévenir des chutes de pierres. Sauf que là, c'était un homme qui semblait tomber sans fin.

Danger, chute d'homme.

Le genre de panneau qui vous fait froid dans le dos, qui vous oblige à vous arrêter, à ne pas avancer plus loin, à faire demi-tour. Le genre de panneau qu'il faut savoir ne pas regarder pour continuer sa route.

On ne pourra pas dire que je n'étais pas prévenu. Mais j'ai fait comme si je n'avais rien vu. Je n'avais pas fait des heures d'avion puis des heures de marche pour rebrousser chemin au premier panneau venu.

Alors j'ai continué. Un peu moins fièrement peut-être. Un peu moins vite sûrement. Faisant particulièrement attention où je mettais mes pieds. Je savais que j'étais encore loin de mon but et que jusqu'ici bien peu de personnes avaient réussi cette expédition.

J'essayais de me concentrer sur les montagnes autour, le glacier qu'il faudrait traverser. J'étais fasciné par le bleu profond du ciel. Mais toujours à mon esprit revenait ce panneau et cette question lancinante : ça fait comment une chute d'homme ? Une chute de pierres, on connaît. C'est bruyant, ça écrase tout sur son passage, ça peut tuer aussi s'il y a quelqu'un dessous. Mais une chute d'homme ? Est-ce que le corps part d'un coup dans le vide et s'envole ? Est-ce qu'il roule, se tape, se cogne avant de demander grâce ? Est-ce qu'il se pose tout doucement un peu plus bas comme en apesanteur ? Et quand on tombe, a-t-on le temps de se rendre compte de ce qu'il nous arrive ?

Toutes ces questions tournaient et retournaient dans ma tête. Au point que j'ai oublié de faire attention où je mettais mes pieds. Une pierre a roulé, m'entraînant dans son sillage. J'ai glissé, cherché à me rattraper, à saisir quelque chose avec mes mains. En vain. Dans ma tête, il y a eu comme un éclair, une certitude : j'aillais enfin savoir ce qu'est la chute d'un homme.

Véronique

La moto était là, posée près de la boîte aux lettres.
Le conducteur l’avait bien garée, sur le bas côté de la route. Elle attendait.
L’arbre, solitaire comme elle, la couvait d’une ombre bienveillante.
Il y avait plusieurs jours qu’elle était arrêtée, à l’écart de la route 66, près de cette boîte aux lettres abandonnée. Trois, quatre, cinq jours et personne pour venir la récupérer.
Elle n’avait même pas d’antivol, comme si son propriétaire l’avait posée pour un temps très bref, le temps de se soulager ou se reposer sous l’arbre un court moment.
« Si elle est encore là demain, j’appelle le shérif ».
Irina s’inquiétait. Elle s’était déjà arrêtée, avait tourné autour du véhicule, scruté l’horizon.
Rien n’indiquait une présence, les herbes brûlées n’étaient pas hautes et ne semblaient pas avoir été foulées.
On ne la discernait pas de la route mais cela faisait bien longtemps que plus personne n’habitait dans la vieille ferme au bout du chemin de terre et alentour pas d’autres maisons, pas d’abris, rien que des plaines à perte de vue.
A proximité, l’étendue sauvage de la Route 66, en plein coeur du Texas, traversée par des camions, des voitures, des hordes d’Harley Davidson conduites par tous les touristes venus parcourir cette route mythique mais personne ne s’arrêtait jamais là.
Et justement, le fait que cette moto ne soit pas une Harley avait déjà un caractère étrange.
Irina parcourait tous les jours ce tronçon aride avec son bus de ramassage scolaire et n’avait jamais vu personne à cet endroit précis.
Le conducteur était-il tombé en panne ?
Mais, dans ce cas, il aurait déjà du revenir.
On ne laisse pas une belle moto comme celle-ci sans surveillance des jours entiers.
Non décidément, ce n’était pas normal.
D’un autre côté, si le propriétaire avait disparu, Irina songeait au plaisir que Jo prendrait à conduire un si beau cylindré...
Elle hésitait.
Qui préviendrait-elle en premier ?
Simone Delorme

 

Les plus beaux voyages...

Elle est là, rutilante, au bout du petit chemin de terre. Elle m'attend. Depuis des mois, on se prépare toutes les deux pour ce grand voyage. Je l'ai briquée. J'ai vérifié tous les niveaux, changé toutes les pièces qu'il fallait. J'ai réparé l'éclairage, réglé les rétroviseurs, fixé les sacoches de voyage, gonflé les pneus. J'ai même refait sa peinture. Du rouge, pour qu'on nous remarque de loin.

Une fois que j'en ai eu fini avec elle, je me suis occupée de moi. J'ai rangé mes affaires, en ai glissé quelques-unes dans les sacoches pour le voyage. J'ai tout nettoyé, fermé les volets. J'ai écrit quelques lettres pour prévenir ceux qui comptent pour moi que je vais partir. J'ai étudié les cartes, les plans. J'ai voulu apprendre quelques mots des langues de chaque pays que l'on va traverser. J'ai imaginé des itinéraires, des paysages, des routes, des grands espaces. J'ai confié le chat à ma voisine. J'ai vidé le frigo.

Aujourd'hui il est l'heure. Tout est prêt mais je traîne. Ai-je vraiment envie d'enfourcher ma moto pour faire ce tour du monde ? Ai-je vraiment envie de laisser là mon quotidien tranquille. Je suis prête mais j'hésite.

Mon corps et tout mon être sont tiraillés entre deux envies :
partir ou rester ? Rester ou partir ?

En un instant j'imagine le pire : la panne, le vol, la guerre, l'accident. Je veux y aller mais je ne bouge pas.

Je m'assois sous l'arbre, au bout du chemin. Et si les plus beaux voyages étaient ceux que j'imagine.

Véronique

Au bout de l'aventure.

Comment vous raconter ma vie ?
Je viens de l'autre siècle.....Environ 1900 ! ! ! Ma mémoire est un peu défaillante, vous l'accepterez facilement, je l'espère.
Sortie toute rutilante de la chaîne de montage de la maison Citroën, je m'offrais aux regards du plus audacieux, qui, selon la pancarte «B 14 décapotable, à vendre », se laisserait tenter !
Un Comte, à particule je vous prie, s'est présenté : Henri de Virieu. Il avait fière allure, un grand château, des terres, des fermes, donc des gens qui travaillaient pour lui, un tracteur et des machines agricoles en pagaille.
Moi, je suis arrivée directement dans la grande cour d'honneur, avec Henri de Virieu qui me conduisait avec dextérité. J'étais un cadeau pour l'anniversaire de son épouse Amélie.
Aussitôt, il klaxonna pour avertir de notre présence. Amélie, suivie de Charlotte, apparurent et aussitôt, les bras levés au ciel, s'extasièrent ! Pour remercier son mari, elle lui sauta au cou, tant j'étais désirée et attendue ! C'était beau à voir ! Elle se mit au volant. Son mari lui expliqua comment marchaient les vitesses et ma carrière commença.
Tous les jours, je conduisais Madame au marché ou à la visite de ses fermes, puis l'après-midi, chez ses amies, dans les châteaux environnants. J'étais bien considérée, admirée, lavée, astiquée, très fière de transporter tout ce beau monde avec leur progéniture d'adorables blondinets qui, aussitôt adolescents, se mirent à vouloir partir eux aussi avec moi !
Les destinations changèrent du tout au tout ! Ils s'exerçaient au cross. C'était à celui qui franchirait le fossé le plus profond, qui prendrait les chemins les plus caillouteux et les collines les plus pentues. Cahin, caha, toujours docile, j'avançais et jamais ne « calais ». J'étais leur « Teuf-Teuf », leur jouet, soumise à toutes les épreuves.
Amélie avait depuis longtemps renoncé à « Sa » voiture qu'elle avait confiée aux enfants. Parfois ils chantaient et riaient si fort que l'on n'entendait plus le moteur ! Puis, un jour, sous un orage terrible, je basculai, glissant sans pouvoir m'arrêter, passant sur le toit, sur les ailes, je roulai et fis des tonneaux dans tous les sens. Consciente de ma responsabilité, je calais le moteur, mesure de sécurité. Ouf ! ! !
La voiture ne prendrait pas feu et ces petits imprudents en profitèrent pour sauter à terre alors que je continuais ma course se terminant dans un précipice.
Ces jeunes fous vinrent jusqu'à moi, m'inspectèrent sur toutes les coutures ; j'étais très mal en point, cabossée, cassée, mais aucun d'eux n'était blessé.
Je restais là un certain temps, abandonnée, sans doute oubliée, exposée à toutes les intempéries. L'eau, la rouille se mirent à me ronger jusqu'à la moëlle.
Un jour, un paysan, pétri d'écologie, vint me sortir de là avec son tracteur. Il me tira jusqu'à sa ferme avant de me conduire à la « casse » : Cimetière de tous les véhicules hors d'usage. Là, je n'étais plus seule. Je finis ma carrière en ayant encore parfois la visite de quelques bricoleurs qui me désossaient au gré de leurs besoins : là des écrous, ici une aile, une roue et même une portière toute entière qui avait été jusqu'alors épargnée.
L'herbe se mit à pousser autour de moi, me caressant au gré du vent, ainsi que du buddléia avec ses longues grappes de fleurs violettes attirant les abeilles et les papillons. Petit à petit je disparus sous cette végétation sauvage et abondante, ce qui me permit d'imaginer ma seconde vie transformée en végétal !
Que rêver de plus ?

Marthe

Sous les eaux du lac

 

Le principe est tout simple : on construit un barrage qui ferme une vallée, laquelle est dépouillée de toute présence humaine antérieure, villages, bâtiments, lignes électriques etc...
Puis quand tout est vide, on remplit la grande cuvette ainsi préparée avec l'eau de la rivière qui la traverse et le tour est joué : on a un beau barrage hydroélectrique qui va produire ses mégawatts pour alimenter la grande nation avide d'énergie.

Ainsi en fut-il avec la création du lac de Serre-Ponçon qui, depuis 1959, se remplit chaque printemps à la fonte des neiges et se vide progressivement à partir de l'été pour irriguer le bassin de la basse Durance et la plaine de la Crau tout en régulant le cours de la Durance

L’hiver, le lac à son étiage , laisse apparaître les soubassements des maisons démolies ainsi que les tracés des anciens ponts, routes et chemins. Les piles hautes sur pattes du grand pont qui le traverse laissent passer la Durance qui a regagné son ancien lit.

Ce qui est pittoresque à parcourir en promenade inattendue sur le fond du lac asséché est aussi douloureux au cœur des Savinois qui ont vu leur village et leur église démolis après qu'on les ait expropriés.

L'hiver 2017-2018 a battu tous les records de basses-eaux. Certaines parties d'une voie ferrée et notamment les entrées d'un tunnel ont resurgi et beaucoup de promeneurs ont pu prendre des photos insolites des lieux découverts.

Témoin ce reste de camion oublié depuis des décennies sous les eaux du lac : il ne reste que quelques parties du moteur, une colonne de direction et un grand volant, rouillés et corrodés. Mais une certaine émotion se dégage de ce tas de métaux, qui fut un véhicule et qui a du parcourir de nombreux kilomètres dans la vallée d'autrefois.

Monique E

La déforestation

Dans la forêt primaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée certains arbres peuvent approcher le millénaire.
Lorsque le chef de la tribu papoue Mundiya Kepanga va se rendre compte par lui-même du massacre de sa forêt pourvoyeuse de vie, lorsqu’il contemple ces énormes tas de grumes prêts à être transportés par camion avant d'être entassés sur des bateaux spéciaux en direction de la Chine, il demande à l'un des ouvriers qui a abattu les arbres de bien vouloir poser pour une photo. C'est un homme de grande taille à qui il demande de lever les mains aussi haut que possible, juste devant un des plus gros troncs coupés. L'homme n'arrive pas à toucher le haut du tronc, ce qui permet de conclure que ce tronc a plus de 2 mètre 50 de diamètre, soit environ 700 à 800 ans de vie.

Les coupes laissent de grands espace vides : les singes, oiseaux et insectes doivent rejoindre pour survivre des coins de forêt qui vont en s'amenuisant.

La population locale employée pour cette déforestation n'est pratiquement pas rémunérée et aucune infrastructure (dispensaires, écoles) n'est construite en compensation.

Dans certaines régions, la forêt tropicale a été remplacée par d'immenses plantations de palmiers à huile pour fournir nos économies en huile de palme...

Et cette déforestation sauvage est en train de gagner la forêt amazonienne, celle de Guinée Papouasie et celle du bassin du Congo, les trois plus importants poumons de notre planète.

Mondiya Kepanga a fait des tournées mondiales dans de grands capitales avec Robert Redford, impliqué lui aussi depuis longtemps dans une association de lutte contre le massacre imbécile de nos ressource vitales.

Le chef papou a offert sa plus belle coiffe ornée de plumes au Musée de l'Homme à Paris...Le film «Frères des arbres" qui raconte son combat a reçu 13 prix internationaux...

Des gens comme lui font entendre leur voix et on les écoute avec compréhension. Mais finalement on ne va guère plus loin. L'engagement total n'est pas gagné car notre génération se montre indifférente ou au mieux fataliste... et pourtant le temps presse....

Monique E

 

Le miel s'est répandu sur le prochain flottage,
Offrant le tabac blond aux grumes-cigarettes.
Les volcans, gros fumeurs, rêvent de leur passage,
En aval, impatients d'en humer les arômes.
Le convoi flamboyant, aux mains des radeleurs,
Dans sa course puissante et combien délicate,
Ranimera bientôt la rivière endormie
Par les longs mois d'hiver au goût d'anesthésie.
Cette eau, encore turbide, va vite s'éclaircir
Aux reflets mordorés du bois ensoleillé.
Désormais, elle vit, elle coule, elle est prête
À se charger de billes comme tas d'allumettes.

Gérard

Le miel s'est répandu sur le prochain flottage,

Offrant le tabac blond aux grumes-cigarettes.

Les volcans, gros fumeurs, rêvent de leur passage,

En aval, impatients d'en humer les arômes.

Le convoi flamboyant, aux mains des radeleurs,

Dans sa course puissante et combien délicate,

Ranimera bientôt la rivière endormie

Par les longs mois d'hiver au goût d'anesthésie.

Cette eau, encore turbide, va vite s'éclaircir

Aux reflets mordorés du bois ensoleillé.

Désormais, elle vit, elle coule, elle est prête

À se charger de billes comme tas d'allumettes.

 

 

 

 

Gérard

Prunelle de mes yeux

II faut les surveiller comme la prunelle de mes yeux, ces enfants !

J'aimerais être ailleurs.

Ne plus les entendre crier, pleurer, se chamailler, rire.

Que c'est épuisant de les garder !

J'aurai dû postuler pour un autre job de vacances.

Je n'ai plus la force de faire leurs changes, de les porter, de les observer, de jouer avec eux, de sourire...

Ils m'ennuient ces chérubins, je ne peux même plus regarder mon téléphone portable.

Et Ludovick m'oublie, pas de message, pas de signe de vie, rien.

Rien que ces enfants à faire semblant de les apprécier, de les aimer.

Avec ma copine Ludivine, on ne se parle plus toutes les deux.

Nous boudons.

On s'est disputé, fâché à propos de Ludovick.

Ah ! Ludovick, j'aimerai me blottir dans tes bras.

Et pourtant, il faut les surveiller comme la prunelle de mes yeux, ces enfants !

Quelle aventure...

Muriel

Le bateau échoué

Dimanche de Pâques : le petit Noé se réveille. c’est sûr, cette année encore les cloches seront passées dans le jardin de la ferme.

Noe est un enfant heureux de vivre, il aime sa ferme, ses poules, ses vaches et les grands champs de céréales autour de la maison.

Mais Noe a un désir secret: depuis qu’il a lu “l’ile au trésor”il rêve de mer.

Plus tard il se verrait bien capitaine de vaisseau découvrant des terres inconnues,ou pourquoi pas pirate?

En attendant, il construit des maquettes de navire.

Dans sa chambre,sur la commode trône son plus cher trésor:un magnifique trois mats dans une jolie bouteille de verre.Il s’endort et se réveille chaque jour les yeux fixés sur cette promesse d’aventure...

Il se frotte les yeux,enfile un pull à toute vitesse et sort en courant,les pieds nus.Et là surprise:il n’en croit pas ses yeux : les cloches l’ont exaucé.

Au milieu du grand champ des blayes......un bateau! Unvrai! un bateau posé sur un nid géant.Il ne peut pas naviguer, certes mais comme il va pouvoir s’amuser! Il fera monter à bord le chat,le chien,une poule ou deux et aussi des lapins...L’aventure va pouvoir commencer.

Marylène

Sous-catégories